Les 5 derniers livres

Les révisions, les oraux et les certifications étant terminées (maintenant on bouffe ses doigts en attendant les résultats) j’ai enfin pu relire autre chose que des livres traitant « médico-social » … Youpi !

Aide-moi, de Nicci French – Holy Krauss vit à cent à l’heure. La trentaine, c’est une femme d’affaires ambitieuse, à qui tout sourit. Elle mène une vie de couple stable et heureuse, et est admirée et aimée de tous. Mais ce n’est qu’un aspect de Holly. L’autre, c’est qu’elle prend constamment des risques et commet des erreurs de plus en plus graves et irresponsables, tant dans sa vie professionnelle que personnelle. Elle va tromper son mari sans s’en « rendre compte », perdre 11 000 livres dans une partie de poker avec des inconnus, licencier une collègue de travail sur un coup de tête, etc. Et quand ces erreurs commencent à s’accumuler, les deux personnalités de Holly se mélangent et sa vie échappe rapidement à son contrôle.
L’été meurtrier, de Sébastien Japrisot – Eliane a décidé de venger sa mère, celle que tout le monde au pays surnommait Eva Braun parce qu’elle était venue d’Allemagne après la guerre, avec un gars qui rentrait du STO. Mais ce surnom infamant n’est pas le pire qu’elle ait dû supporter dans ce village des Alpes.
Les bruines de Lanester, de Jean Failler – La découverte d’un clochard noyé dans le Scorff, entre Lanester et Lorient, quoi de plus banal ? La disparition d’un directeur de société, ça arrive tous les jours ! Des loubards qui volent une voiture, cambriolent une maison…Routine que tout cela pour l’inspecteur Amadéo. La vie s ‘écoule, simple et tranquille, au commissariat de Lorient. Ou plutôt s’écoulerait, si une jeune femme, inspecteur stagiaire, ne s’avisait de vouloir contre toute logique relier ces faits pour en tirer des conclusions pour le moins surprenantes.
Muchachas 3, de Katherine Pancol – Pour certaines, c’est l’heure de la revanche. Pour d’autres, celle de la délivrance. Ou de l’espérance. Tout se noue, se dénoue, se renoue. Les muchachas avancent à grand pas. On ne sait jamais ce qui va arriver. On retient son souffle, on croise les doigts. Et viva las muchachas !
Désaccords mineurs, de Joanna Trollope – Chrissie a toujours su que Richie les aimait, elle et leurs trois filles, ainsi que leur joyeuse existence rythmée par la musique. Un seul bémol : Richie ne l’a jamais épousée, et pour cause, il n’a jamais divorcé de Margaret, la mère de son premier fils. Quand il meurt brutalement, tout bascule ; Margaret et son fils, qui figurent sur le testament, font une soudaine réapparition. Pour Chrissie et ses filles, tout se fissure irrémédiablement.

Aide-moi, n’est pas le meilleur Nicci French que j’ai lu, heureusement que la fin m’a surprise, ça m’a réveillé un peu,  l’héroïne est tellement égoïste et j’avais tellement envie de lui filer des gifles … ça aide pas à rentrer dans l’intrigue, limite je me suis dit « c’est quand qu’elle meurt » qu’on passe à autre chose. Bref pas palpitant.  Quant à l’été meurtrier, comment dire qu’à mon grand age, je ne l’avais pas encore lu, ni même vu le film (faut que je répare ça), j’ai adoré ce livre, il est captivant, j’aime beaucoup comment l’auteur fait intervenir les personnages chacun leur tour avec chacun leur style, le suspense jusqu’au bout. J’ai A-DO-RÉ ! L’héroïne des Bruines de Lanester, Mary Lester est très attachante, la lecture est facile, l’intrigue bien ficelée et je l’avais pas vu venir. Du coup, j’ai même acheté les autres tomes. Que dire de Muchachas 3, que je voue un grand amour aux personnages de Pancol, j’ai adoré les retrouver et en découvrir de nouveaux, mais là je suis un peu sur ma faim, surtout si on part sur le fait que c’est une trilogie et que donc ça devrait être bien clos, mais non, il reste beaucoup trop de question en suspens, s’il n »y a pas de tome 4, alors c’est top long et mal finit, sinon je dis youpi je veux savoir ! Enfin, en ce qui concerne désaccords mineurs, c’est sympathique, il se lit facilement, mais il se finit trop vite, enfin je veux dire tout s’arrange beaucoup trop bien, pour moi, ça manque d’un petit truc, un petit rebondissement. C’est mignon et c’est lisse en fait.

Les cinq derniers livres

P1150256
Mademoiselle de Paquelin
, de Jocelyne Barthel : En 1571, Corine de Pâquelin arrive à la cour des Valois, comme demoiselle d’honneur de Catherine de Médicis. La jeune fille naïve côtoie les grands de ce monde et découvre un univers d’intrigues et de complots, aussi bien amoureux que politiques. Elle rencontre Quentin de Gayrand et tombe amoureuse. Mais elle est catholique et lui protestant, et les guerres de religion font rage. La Saint-Barthélemy leur sera-t-elle fatale ?
Petits gouters entre amies, de Louise MillarCallie et Suzy, deux mères au foyer londoniennes, sont voisines et inséparables. Shopping, promenades, goûters : elles passent leurs journées ensemble et peuvent compter l’une sur l’autre à tout moment. Une amitié précieuse pour Callie, qui élève seule sa fille de six ans, atteinte d’une malformation cardiaque. Mais lorsqu’elle décide de reprendre le travail, la jeune femme s’aperçoit que Suzy vit ce changement comme une trahison. 
Les fantastiques aventures de Surcouf, de Christine Lacroix : Surcouf est un matou espiègle, fanfaron et un peu turbulent. Il nous raconte dans ce livre les joies, les peines et les pitreries qui ont jalonné sa longue vie de chat de gouttière. A travers ses aventures, il nous éclaire sur la coexistence, pas toujours facile, avec les humains qui ne comprennent rien aux choses importantes. Et aussi avec son ennemi juré, « l’Autre », Monsieur, ce tigré du quartier qui squatte le jardin. Avec ce récit qui séduira tous les amoureux de félins, Surcouf révèle aux humains pourquoi une vie sans chat est une existence sans saveur. Et mieux encore : il nous livre les clés d’une certaine sagesse de vie…
Younger, de Pamela Redmond Satran : Alice, quarante-quatre ans, s’ennuie depuis son divorce et le départ de sa fille, et rêve de changer de vie. L’espace d’une soirée, une amie la métamorphose en jeune femme. Mais Alice se prend au jeu, rencontre un bel étudiant qui pourrait être son fils, et décroche un job dans la maison d’édition où elle avait débuté vingt ans plus tôt. Pour le monde, elle n’a désormais que vingt-neuf ans…
La maison biscornue, d’Agatha Christie : Une étrange famille habite cette maison biscornue. Sous la domination d’un aïeul tyrannique – mais adoré – d’origine levantine : deux fils, deux belles-filles, trois petits-enfants, une vieille tante… Il y aussi la toute jeune seconde épouse du grand-père et le précepteur qui pourrait bien être son amant… Qui donc a tué le grand-père ?
Le flux et le reflux, d’Agatha Christie : Gordon Cloade est mort fort à propos sous les décombres de sa villa ravagée par le Blitz. Il laisse à sa jeune veuve, Rosaleen, une fortune colossale et cela, évidemment, ne fait pas l’affaire du clan Cloade qui se voit, d’un seul coup, spolié par l’intruse. Or le bruit court que le premier mari de Rosaleen ne serait pas mort, ce qui, bien entendu, aurait pour effet d’annuler le second mariage… 

J’ai beaucoup aimé Mademoiselle de Paquelin, ça se lit facilement, on se plonge vite dans le décors, enfin bon moi j’adore l’histoire des Valois (d’ailleurs faut que je relise la Reine Margot, tiens) les secrets d’alcôves, les hypocrisies et les complots a tout va … Pour Petits goûters entre amies, je me sens un peu flouée, bon c’est pas vilain, mais c’est pas vraiment un polar, ou alors super édulcoré, un épisode de Desperate Housewives, d’ailleurs la série a du beaucoup inspirer l’auteure … Younger, c’est sympa, ça se lit vite, ça fatigue pas trop, mais bon ça reste un peu improbable (bon ok ce genre de littérature l’est souvent) ce rajeunissent seulement du à un dressing et un mascara … Que dire pour Le flux et le reflux avec un Hercule Poirot en forme, des personnages attachants, même s’ils sont les vilains, ou La maison biscornue avec sa je-sais-tout insolente de 12 ans, à part que se sont de Agatha Christie, des classiques bien écrits donc :D
Mon chouchou des 5 (ou 6 vu que l’Agatha comporte 2 histoires) c’est donc Les fantastiques aventures de Surcouf ♥ Ce livre est irrésistible, un petit bijou plein d’humour et pi du coup après on s’imagine ce que peuvent bien penser nos propres chats, on les regarde avec beaucoup plus d’attention pour essayer de deviner ce se passe dans leur têtes choupies.

Les lectures d’Aout !

C’est avec un peu de retard, les vacances sont finies donc je reprends mes « bonnes » habitudes, que je vais vous causer de mes lectures d’aout …
P1130981L’éclat de Dieu, de Romain Sardou : Plus encore que le Graal ou l’arche d’alliance, l’éclat de Dieu suscite bien des convoitises depuis la nuit des temps. A celui qui le possède sont en effet promises la compréhension des mystères de l’univers, ainsi que la connaissance et la puissance absolues. Sous couvert d’assurer la protection d’un immense pèlerinage vers Jérusalem libérée, neuf chevaliers francs entreprennent cette audacieuse quête. Mais peu avant le départ, l’un d’eux est mystérieusement assassiné Cosimo, son neveu, insatisfait des explications officielles, se joint alors à l’expédition pour tenter de découvrir la vérité.
Muchachas (2) de Katerine Pancol : Ces filles-là sont intrépides. Elles ne demandent rien aux autres. Tout à elles-mêmes. Cachent leur peur sous un sourire. C’est le plus sûr moyen pour avancer, inventer, s’inventer. Elles se sentent pousser des ailes, s’envolent, tombent et repartent de plus belle. Il y a des secrets, des mystères, des trahisons. Des obstacles à surmonter. Des mots d’amour lancés à la volée. La vie, quoi !
L’art d’accommoder les restes de Nina Killham : Jasmine March est une cuisinière à la renommée et au tour de hanches imposants. Depuis toujours, elle déguste, savoure, invente des sauces onctueuses, des plats au fumet délicat, des desserts à faire damner un saint. Mais voilà qu’elle vient d’être remerciée par la maison d’édition qui a fait son succès pour cause d’addition calorique trop élevée ! Au même moment, son époux succombe au démon de midi, et se laisse embarquer dans une aventure avec l’une de ses étudiantes, une mangeuse de tofu à la taille de guêpe…
Les mésaventures de Minty Malone de Isabel Wolf : Le jour de son mariage, devant l’autel et 280 invités, à la question rituelle Dominic répond « non ». Il prétend avoir changé d’avis, ne pas vouloir s’engager pour la vie entière et abandonne sur le champ une Minty en pleurs avec son bouquet de mariée. Après s’être effondrée sous le choc, elle s’efforce de faire le point sur sa vie et décide d’essayer d’être un peu moins gentille à l’avenir. Elle s’inscrit pour cela à un cours sensé la rendre moins compréhensive…
Tokyo de Mo Hayder : Quand Grey débarque à Tokyo sans attaches, argent ni bagages, elle a beaucoup à prouver et encore plus à cacher. Sa rencontre avec Jason, pour lequel elle éprouve une fascination immédiate, est déterminante : il lui trouve un toit, une maison délabrée vouée à la démolition, et un emploi dans un club à hôtesses très privé. Ses clients ? Des yakuzas et un étrange infirme accompagné d’une nurse à la silhouette monstrueuse…
Proies de Mo Hayder : Novembre dans le Somerset. Alors qu’elle déposait ses courses dans le coffre de sa voiture, une femme est jetée au sol par un individu affublé d’un masque de père Noël qui prend la fuite à bord du véhicule. Selon la police, pour qui il ne s’agit que d’un banal fait divers, l’agresseur ne s’est sans doute pas rendu compte de la présence d’une fillette sur la banquette arrière. Mais, tandis que l’enfant reste introuvable et qu’une deuxième petite fille disparaît dans les mêmes circonstances, le scénario s’assombrit.
Shoes addicts de Beth Harbison : Dans leur domaine, ces quatre-là font la paire. Pas un escarpin, pas un soulier, une mule, une ballerine, n’échappent à leur vigilance. Ni à leur carte bleue. En matière de chaussures, personne ne leur arrive à la cheville. Quel que soit l’état de leurs finances ou de leurs amours, Lorna, Hélène, Sandra et Joss se damneraient pour une paire de sandales, pourvu qu’elles soient au goût du jour. Une passion commune dont elles ont fait un club…

Alors alors … commençons d’abord par celui que j’avais déjà lu Shoes Addicts, je l’ai acheté en brocante pour sa jolie couv pleines de chaussures puis au bout de quelques pages, j’ai eu une impression de déjà lu, et pour cause, c’était le cas. Bon je l’ai re-finit, tranquillou sur un transat au soleil, ça occupe un week-end sans prise de tête. En ce qui concerne Muchachas, alors qu’au premier tome je me plaignais de ne pas avoir assez d’Hortense, de Gary et de Joséphine, cette fois çi j’aurai voulu plus de Tom, de Stella et de Ray, bref rendez-vous à la fin du tome 3. Que dire de Minty Malone, au début, elle me saoulait, j’arrivais pas en rentrer dans le bouquin, je me disais, « mais putain, quelle bavarde cette meuf, elle me fatigue », puis hop, je sais plus à quel moment, je voulais plus le fermer, je voulais savoir, bref, j’ai adoré ! L’art d’accommoder les restes est très sympa, j’ai bien aimé, quoiqu’il donne faim, et que la fin soit pas super moral, avouons :D L’éclat de Dieu, bon sans surprises vu que j’adore les Romain Sardou, certes, j’ai mit quelques temps à m’adapter aux voyages dans le temps et puis j’ai décider de ne plus chercher à me situer, j’ai dévoré et tout s’est mit en place et expliqué tout seul dans les dernières pages. Et enfin les Mo Hayder ♥ … Dieu que j’adore cette meuf ♥♥ Proies est sans défauts, sans temps morts, c’est angoissant et super bien ficelé … Quant à Tokyo, impossible d’y rester indifférent sachant qu’il prend comme base un évènement super glauque de la Seconde Guerre Sino-Japonaise, le massacre de Nankin. Une atmosphère pesante, une jeune fille paumée dans un Japon moderne avec des croyances d’un autre temps. A la fois captivant et malsain …

Les lectures de juillet

P1130839
Rituel, de Mo Hayder : Les fonds vaseux du port de Bristol révèlent parfois de lugubres trésors. La prise du sergent « Flea » Marley, chef-plongeuse de la police locale, aurait de quoi étonner le pêcheur le plus averti. Cette main, tranchée net, n’est assurément pas le vestige d’un noyé…
Micmac à Manhattan, de Jennifer Sturman : Vous avez déjà rêvé de vous débarrasser de votre patron ? Moi aussi. Surtout depuis que je travaillais avec Glenn Gallagher. Un vrai despote, ce type ! En plus, il s’entêtait à racheter une entreprise au bord de la faillite… J’ai vite flairé le micmac. Et j’avais raison : il est tombé raide mort en pleine réunion, tout à l’heure. Empoisonné au cyanure en suçant son crayon. Là, ça m’a fait bizarre. Parce que c’est justement le scénario que j’avais imaginé devant mes collègues, à l’heure du déjeuner !
Léviatemps, de Maxime Chattam : Paris, 1900. Guy de Timée, romancier à succès, vit pourtant dans les combles grinçants d’une maison close. Du jour au lendemain, il a tout plaqué. Femme, enfant, amis, réussite… Il a décidé de se lancer dans un roman policier qui plonge dans les bas-fonds de la civilisation, de se confronter au sang et à la violence. À la mort. Elle va surgir au milieu de la nuit en la personne de Milaine, jeune prostituée du lupanar, assassinée dans des circonstances particulièrement étranges. Et si elle n’était pas la première ?
Muchachas (1) de Katerine Pancol : Les filles sont partout dans ce roman. Elles mènent la danse. De New York à Paris, de la Bourgogne à Londres ou à Miami. Des filles qui inventent, s’enflamment, aiment. Des filles qui se battent pour la vie. Et les hommes ? Ils sont là aussi. Mais ce sont les muchachas qui dansent, dansent, dansent.
Gone (4) de Michael Grant : Le jour se lève sur Perdido Beach, une petite ville de Californie. Au collège, un professeur d’histoire commence son cours, comme tous les matins puis, tout à coup, il disparaît, « volatilisé », comme tous les habitants de plus de 14 ans
99 Frs, de Frédéric Beigbeger : Un concepteur rédacteur décrit le cynisme de son métier. Dans ce roman d’autofiction d’inspiration autobiographique, Frédéric Beigbeder sous couvert de son personnage Octave Parrango raconte les désillusions des « créatifs d’élite » de slogans publicitaires face au management aux clients de l’agence de publicité qui l’emploie.
Les 10 petits nègres, de Agatha Christie : En a-t-on parlé de l’Île du Nègre! Elle avait, selon certains, été achetée par une star de Hollywood.Des journaux avaient insinué que l’Amirauté britannique s’y livrait à des expériences ultrasecrètes. Bref, quand ils reçurent –sans savoir de qui– cette invitation à passer des vacances à l’Île du Nègre, tous les dix accoururent.
L’homme au complet marron, de Agatha Christie : Londres. Un homme se tient au bord du quai du métro. Soudain, il recule et tombe sur les rails. Accident ? Suicide ? La police retrouve dans ses poches un permis de visite pour une maison à louer dans la banlieue de Londres. Le corps d’une inconnue est découvert dans une villa déserte. La villa du Moulin. Coïncidence ? Difficile à croire quand un même suspect semble s’être trouvé à chaque fois sur les lieux. Signalement : grand, bien bâti, bronzé, yeux gris. Autre précision : l’homme porte un complet marron…

Alors, alors, le Micmac à Manhattan, se lit facilement, c’est tout léger, sinon j’ai enfin lu les 10 petits nègres, moi qui suis une grande fan (si si) d »Hercule Poirot, j’avais tendance à zapper s’il n’était pas là, idem pour l’homme au complet marron, j’ai bien aimé, finalement même sans Hercule c’est sympa. Léviatemps et Rituel sont de très bon polars, je vais courir chercher le tome 2 du Chattam et piquer tous les Hayder de la médiathèque d’ailleurs. En ce qui concerne le Muchachas, je suis partagée, au début j’étais super contente de retrouver Hortense, Gary, Joséphine and co, et puis on les vois juste un peu au début et on passe à autre chose pour tout le bouquin, avant de les retrouver pour un chapitre. Alors j’ai bien aimé la seconde « famille de persos » mais bon voilà quoi, à suivre. Quant à 99Frs, mon dieu que j’ai trouvé ça bidon ! Heureusement que je l’ai trouvé à 50cs chez Emmaüs, ma curiosité m’aura pas ruiné. Et pour Gone, il s’agit du 4ième tome, j’avais lu les autres il y a bien 2/3 ans à leur sortie, puis comme la suite était jamais dispo, j’avais arrêté, là je suis tombée dessus par hasard, donc je l’ai attrapé, on va dire que je suis devenu vieille entre temps, pour de la littérature ado, je trouve que c’est un peu malsain, mais bon il est pas exclu que si je les trouve je lise les 2 derniers histoire de voir comment se finit tout se bordel.