Les lectures de juillet

P1130839
Rituel, de Mo Hayder : Les fonds vaseux du port de Bristol révèlent parfois de lugubres trésors. La prise du sergent « Flea » Marley, chef-plongeuse de la police locale, aurait de quoi étonner le pêcheur le plus averti. Cette main, tranchée net, n’est assurément pas le vestige d’un noyé…
Micmac à Manhattan, de Jennifer Sturman : Vous avez déjà rêvé de vous débarrasser de votre patron ? Moi aussi. Surtout depuis que je travaillais avec Glenn Gallagher. Un vrai despote, ce type ! En plus, il s’entêtait à racheter une entreprise au bord de la faillite… J’ai vite flairé le micmac. Et j’avais raison : il est tombé raide mort en pleine réunion, tout à l’heure. Empoisonné au cyanure en suçant son crayon. Là, ça m’a fait bizarre. Parce que c’est justement le scénario que j’avais imaginé devant mes collègues, à l’heure du déjeuner !
Léviatemps, de Maxime Chattam : Paris, 1900. Guy de Timée, romancier à succès, vit pourtant dans les combles grinçants d’une maison close. Du jour au lendemain, il a tout plaqué. Femme, enfant, amis, réussite… Il a décidé de se lancer dans un roman policier qui plonge dans les bas-fonds de la civilisation, de se confronter au sang et à la violence. À la mort. Elle va surgir au milieu de la nuit en la personne de Milaine, jeune prostituée du lupanar, assassinée dans des circonstances particulièrement étranges. Et si elle n’était pas la première ?
Muchachas (1) de Katerine Pancol : Les filles sont partout dans ce roman. Elles mènent la danse. De New York à Paris, de la Bourgogne à Londres ou à Miami. Des filles qui inventent, s’enflamment, aiment. Des filles qui se battent pour la vie. Et les hommes ? Ils sont là aussi. Mais ce sont les muchachas qui dansent, dansent, dansent.
Gone (4) de Michael Grant : Le jour se lève sur Perdido Beach, une petite ville de Californie. Au collège, un professeur d’histoire commence son cours, comme tous les matins puis, tout à coup, il disparaît, « volatilisé », comme tous les habitants de plus de 14 ans
99 Frs, de Frédéric Beigbeger : Un concepteur rédacteur décrit le cynisme de son métier. Dans ce roman d’autofiction d’inspiration autobiographique, Frédéric Beigbeder sous couvert de son personnage Octave Parrango raconte les désillusions des « créatifs d’élite » de slogans publicitaires face au management aux clients de l’agence de publicité qui l’emploie.
Les 10 petits nègres, de Agatha Christie : En a-t-on parlé de l’Île du Nègre! Elle avait, selon certains, été achetée par une star de Hollywood.Des journaux avaient insinué que l’Amirauté britannique s’y livrait à des expériences ultrasecrètes. Bref, quand ils reçurent –sans savoir de qui– cette invitation à passer des vacances à l’Île du Nègre, tous les dix accoururent.
L’homme au complet marron, de Agatha Christie : Londres. Un homme se tient au bord du quai du métro. Soudain, il recule et tombe sur les rails. Accident ? Suicide ? La police retrouve dans ses poches un permis de visite pour une maison à louer dans la banlieue de Londres. Le corps d’une inconnue est découvert dans une villa déserte. La villa du Moulin. Coïncidence ? Difficile à croire quand un même suspect semble s’être trouvé à chaque fois sur les lieux. Signalement : grand, bien bâti, bronzé, yeux gris. Autre précision : l’homme porte un complet marron…

Alors, alors, le Micmac à Manhattan, se lit facilement, c’est tout léger, sinon j’ai enfin lu les 10 petits nègres, moi qui suis une grande fan (si si) d »Hercule Poirot, j’avais tendance à zapper s’il n’était pas là, idem pour l’homme au complet marron, j’ai bien aimé, finalement même sans Hercule c’est sympa. Léviatemps et Rituel sont de très bon polars, je vais courir chercher le tome 2 du Chattam et piquer tous les Hayder de la médiathèque d’ailleurs. En ce qui concerne le Muchachas, je suis partagée, au début j’étais super contente de retrouver Hortense, Gary, Joséphine and co, et puis on les vois juste un peu au début et on passe à autre chose pour tout le bouquin, avant de les retrouver pour un chapitre. Alors j’ai bien aimé la seconde « famille de persos » mais bon voilà quoi, à suivre. Quant à 99Frs, mon dieu que j’ai trouvé ça bidon ! Heureusement que je l’ai trouvé à 50cs chez Emmaüs, ma curiosité m’aura pas ruiné. Et pour Gone, il s’agit du 4ième tome, j’avais lu les autres il y a bien 2/3 ans à leur sortie, puis comme la suite était jamais dispo, j’avais arrêté, là je suis tombée dessus par hasard, donc je l’ai attrapé, on va dire que je suis devenu vieille entre temps, pour de la littérature ado, je trouve que c’est un peu malsain, mais bon il est pas exclu que si je les trouve je lise les 2 derniers histoire de voir comment se finit tout se bordel.

Publicités

2 réflexions sur “Les lectures de juillet

  1. Je ne savais pas que muchachas c’était la suite des yeux jaunes des crocodiles ! Enfin du coup pas vraiment une suite mais qu’on y retrouve les perso ! Faudrait que je le lise !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s